Author Archives: Eric

Jean-Yves ROLLAND

Originaire de Saint-Brieuc ou il naquit en 1957, Jean-Yves ROLLAND a toujours eu la passion des livres, surtout des livres d’Histoire qu’il a toujours conservé précieusement.

Après avoir parcouru notre bon vieux globe entre ciel et mer, il déposa ses valises dans sa maison familiale de Lanloup. Très attaché aux vieilles pierres, il s’investit en 1986 dans l’association Mein-Kozh ayant pour but la restauration de la chapelle Sainte-Colombe à Lanloup. Pour apporter de l’eau au moulin il participa à un concours de poésie organisé par l’association Breizh Santel (sujet imposé sur le thème d’un édifice religieux en ruine). Jean-Yves a écouté le message de détresse délivré par les pierres de la chapelle Sainte-Colombe qui tombaient une à une depuis des décennies. Son inspiration lui fit couché sur le papier le poème « Renaissance », qui obtenu en 1986 le prix régional de poésie Claude Dervenn. Il remit le montant de son gain à l’association.

Son premier poème primé l’encouragea à publier ; « Poésie au coin du feu »(ouvrage épuisé), « Sur les chemins de Lanloup » (roman tiré d’une histoire locale, ouvrage pratiquement épuisé), « Le fabuleux trésor du petit Paul » (conte pour enfant inspiré d’une histoire vraie et illustré d’une trentaine d’aquarelle) et « Balade en Bretagne » (recueil de poésie illustré de tableaux de son ami disparu Alain Le Nerrant).

Il a également été pendant une décennie correspondant de presse. Jean-Yves a aussi créé  le salon du livre Breizh Littéraplume, dont l’Edition Couleurs et Plumes est un actif et fidèle partenaire.      

Jean-Paul Le Buhan

Bio :Jean-Paul Le Buhan Balcon de Lumière. Librairie galerie Racine, Paris, 2001.

Monographie d’artiste, le Livredart, Paris 2007. Romances contemporaines suivi de L’homme qui chantait en dormant, Le cadratin de Jouy, 2014. Jardin de ton regard, St Brieuc, 2017. Les signes sur la pierre, 2013, Ed. Yoran Embanner. Prix AEB, 2014 et du salon de Lanvollon, 2019. Mémoire des mots, mémoire des lieux, 2020. Membre de l’AEB, de l’ADAGP et de la SEHAG dont je suis président honoraire.

Anecdote : Une dame de bonne bourgeoisie qui pendant la guerre employa ma mère comme petite bonne, s’était prise d’affection pour elle et resta amie de ma famille. Elle venait de temps en temps nous voir. Un jour elle découvrit mes très modestes travaux de peinture de pré-adolescent. Elle s’exclama : « Ô ! Jean-Paul a le sens de la couleur ». Le destin a le chic pour choisir ses anges et ses moments, là où on s’y attend le moins. Contre tout attente, ce fut un licenciement économique à l’âge de cinquante ans qui m’a fait réaliser, ce que le doigt du destin par l’intermédiaire de cette dame, m’avait désigné comme une possibilité. J’ai vécu alors de ma peinture.