Jacqueline Herfray

Jacqueline Herfray vient au monde à Paris mais c’est de son enfance sarthoise que naissent, vers l’âge de six ans, ses premières émotions pour la poésie. C’est à cet âge, en entendant dire ce vers extrait de Nuit de neige de Guy de Maupassant : « Attendant jusqu’au jour la nuit qui ne vient pas », qu’elle a « pris conscience, à six ans, oui, que grâce à un langage particulier, on communique plus fortement des émotions, des sensations, la souffrance ou la joie… » Dès lors, intuition et émotion poétique ne la quitteront plus.

Jacqueline, à huit ans, écrit son premier poème inspiré par « les fleurs-chandelles des marronniers du boulevard Latouche ». « Je viens de composer un poème, j’existe, comme Victor Hugo (!…) » s’exclame-t-elle, dans une explosion de joie intime et secrète… Bien d’autres poèmes suivront qui seront rassemblés dans un gros cahier d’école.

Puis viennent le collège, les études, l’École normale. Une licence de lettres modernes à la Sorbonne lui ouvre une carrière en tant que professeur de francais à Paris. Ses premières publications se font à cette époque, en 1954, dans la revue P’tit pédago éditée par l’École normale d’institutrices. Suivent de nombreuses rencontres avec André Laude, Hughes Labrusse, Max Alhau… De là, des publications avec d’autres amis poètes dans de nombreuses revues consacrées à la poésie (Quartiers libres, Étoiles d’encre…).

Jacqueline Herfray est également l’auteur et la réalisatrice de deux recueils de poésie, illustrés par Erik Saignes, graveur de Pontrieux et par l’aquarelliste bretonne Hélène Berthelot.

Son recueil Dans les plis du temps, l’instant est édité par Couleurs et Plumes en Côtes-d’Armor.